Vanessa Vaillant Artiste

Biographie de Vanessa Vaillant

ou le récit d'une histoire sans mot

par Lise des Greniers M.A

Peindre pour Vanessa Vaillant est sa manière d'affirmer son existence, d'entrer dans la réalité de l'autre. Ses œuvres sont en quelques sortes, la signature qu'elle est bien là, présente et résiliente. Sa pulsion créatrice provient de la pulsion de vie. C'est pour cela que toutes ses œuvres sont le lègue d'une expression artistique, dont l'esthétisme de la facture est marqué de coups de spatules et de schémas linéaires symboles des lésions inscrites en elle. Malgré les multiples courants, l'art perdure et donne une place à l'artiste. En somme ce qu'exprime Vanessa avec chacune de ses oeuvres est : le récit d'une histoire sans mot.

Native de Montréal, Vanessa a un parcours à la fois atypique, mais tout en étant semblable à celui de grands peintres. D'ailleurs l'artiste-peintre Robert Leclerc avait reconnu en elle son potentiel créatif. Vers 2004, il lui a donné un ensemble tout compris d'accessoires pour la création d'une huile sur toile. Ce n'est qu'en 2009, lors d'un processus de questionnement et d'introspection que Vanessa fut saisie par une pulsion créatrice et l'a utilisé et ainsi peindre sa première œuvre.

Au cours de l'été 2010, elle constate qu'un quincaillier entrepose dans son arrière-cour de vieux gallons de peinture. Vanessa conçoit d'utiliser cette peinture périmée après l'avoir filtrée et ainsi en faire un médium pour repeindre des œuvres acquises pour leur support à un coût inférieur au prix d'achat d'une toile neuve. Tout comme Pierre Soulages, elle fait ses couleurs et ne possédant ni pinceaux ni de spatule, elle travaille avec une truelle.

Dans une brocante, elle a acheté une cuillère trouée au centre qu'elle utilise pour faire ses dégoulinures. L'intensité émotionnelle de ses œuvres est exprimée avec le même esprit que l'œuvre du peintre américain Jackson Pollock expressionniste abstrait et action painting. Depuis, sa douance lui a permis d'actualiser son style, sans pour autant diminuer l'expression de sa vie intérieure foisonnante.

De l'Opéra au Rock, le rythme de toutes les musiques inspire Vanessa. Elle perçoit dans l'évènement touristique les Tam-Tam du mont Royal une occasion d'affaires. En peignant sur place, elle suscite la curiosité des passants. Près d'elle, dans un bac des œuvres de petits formats en fonction de ce segment de clientèle. Cette manière de se promouvoir rappelle le galeriste Paul Durand-Ruel qui promut les impressionnistes avec les éventails peints par ces peintres. Il est indéniable que Vanessa a l'entrepreneuriat des célèbres artistes.

Le niveau d'empathie de Vanessa est supérieur à la moyenne. Vanessa est une empathe. Elle a la faculté intuitive de se mettre à la place d'autrui, de percevoir ce qu'il ressent. C'est un des motifs pour lesquels elle s'implique auprès des organismes caritatifs lors de leurs événements de cueillette de fonds, en offrant généreusement le revenu de sa vente.

Dans sa recherche de perfectionnement, depuis quelques années, en complémentarité à son autodidaxie, Vanessa suit une formation à l'École des Beaux-Arts de Montréal. Ses médiums sont le posca, l'acrylique, la bombe aérosol, l'huile et la peinture industrielle. Toutes les œuvres Vanessa sont signées. Heureux ceux et celles qui en ont acheté ! Ses œuvres se retrouvent à l'international, notamment en France, en Italie, aux États-Unis et aussi partout au Canada.